HESS - High Energy Stereoscopic System (système stéreoscopique de haute énergie) : l’excellence scientifique française

« L’infiniment petit dans l’infiniment grand : les astroparticules et la cosmologie »

Déplacement de Mme l’Ambassadeur Jacqueline Bassa-Mazzoni sur le site de l’HESS Gamsberg, 3 mars 2017

Un accélérateur de particules au centre de notre Galaxie

Le site du HESS - High Energy Stereoscopic System (système stéreoscopique de haute énergie), situé dans la région montagneuse du Gamsberg, à 150 km à l’est de Windhoek, est opérationnel depuis 2001 (inauguré en 2004 par le Premier Ministre Theo-Ben Gurirab). Ses observations ont déjà permis de nombreuses découvertes importantes, dont la première image astronomique résolue d’un reste de supernova en rayons gamma de hautes énergies. La France participe au financement du budget à hauteur d’un tiers. HESS est à l’origine des 2/3 des découvertes dans le domaine de la recherche sur les sources de rayons cosmiques, a publié plus de 150 articles dans les revues majeures et a reçu de nombreux prix prestigieux pour ses découvertes.
L’équipe française du H.E.S.S. est composée d’une centaine de scientifiques du CNRS et de l’Ecole Polytechnique, dont Mathieu de Naurois, le Directeur de la collaboration HESS, et Pascal Manigot, ingénieur de la DGA détaché au CNRS/X ; de l’APC Paris ; du LPNHE Univ. Paris VI-VII ; du CEA Saclay ; du CESR Toulouse ; du LPTA Montpellier ; du LAOG Grenoble ; du LAPP Annecy ; du CENBG Bordeaux et de l’Observatoire de Paris. 13 autres pays, dont principalement l’Allemagne, travaillent sur ce projet, avec des coopérations de Grande-Bretagne, de Pologne, de République Tchèque, d’Irlande, d’Arménie, d’Afrique du Sud et de Namibie.

JPEG - 1.8 Mo
Mme l’Ambassadeur avec Mathieu de Naurois (au centre), chef du projet HESS

High Energy Stereoscopic System (H.E.S.S.) est un réseau de télescopes à imagerie Tcherenkov atmosphérique pour l’étude des rayons gamma entre quelques dizaines de giga-électrons-volts et quelques téra-électrons-volts. L’acronyme a été choisi en l’honneur de Victor Hess, qui a découvert l’existence des rayons cosmiques.

HESS regroupe cinq télescopes gamma, stéréoscopiques (13 m de diamètre, avec miroirs de 107 m²), dont le télescope portant le plus grand réflecteur optique du monde (28 m de diamètre et 600 m² de miroirs), qui ont été assemblés dès 2003 (le plus grand en 2012), sur un site de qualité astronomique excellente qui permet l’observation d’une grande partie du plan galactique.

Le nom souligne également les deux principales caractéristiques de l’installation : l’observation simultanée de cascades de particules provoquées par les rayons gamma entrant dans l’atmosphère terrestre, sous différents angles de vue, et la combinaison de plusieurs télescopes en un seul système plus grand pour augmenter la surface effective de détection des rayons gamma.

JPEG - 3.9 Mo
Mme l’Ambassadeur devant le plus grand réflecteur optique du monde

Les caméras (mécanique et électronique, 3 tonnes pour la plus grande – la plus lourde du monde) ont été conçues par les laboratoires français associés. Une maintenance permanente est assurée tout au long de l’année.

La problématique - Un moyen pour comprendre l’origine et la nature des rayons cosmiques consiste à déterminer leur répartition spatiale. Diffusent-ils uniformément dans toute la Galaxie ? Au contraire, leur flux et leur spectre en énergie varient-ils d’un endroit à un autre (par exemple au voisinage d’un accélérateur de rayons cosmiques) ? Les mesures directes des rayons cosmiques, ne pouvant être effectuées qu’à l’intérieur du système solaire situé à 25000 années-lumière du centre de la Voie Lactée, ne permettent pas de répondre à ces questions. Les astrophysiciens parviennent cependant à étudier les rayons cosmiques dans toute la Galaxie en observant les rayons gamma émis lorsque les rayons cosmiques entrent en collision avec les molécules des nuages de gaz interstellaires.

Les applications des résultats de la recherche de HESS sont très importantes et touchent de nombreux domaines, dont le médical, avec des techniques révolutionnaires dans le traitement de pathologies sévères.

Enfin, ce projet illustre l’excellence française dans le domaine de la recherche scientifique, la collaboration interuniversitaire et entre centres de recherche français, de même que l’excellence du projet européen de la recherche.

JPEG

Pour plus d’informations :
https://www.facebook.com/HESSTelescopes/
https://www.mpi-hd.mpg.de/hfm/HESS/

Dernière modification : 13/03/2017

Haut de page